osmose.jpg

J'épouse l'ambivalence

Et plonge toute nue

Dans d'infinies nuits blanches

Fuyant l'inquiétante lumière 

Pour une ombre naissante.

L'inconnu tamisé par l'amour 

Prend des formes changeantes.

J'ose fermer les yeux 

Et, embrassant l'obscurité,

Découvre avec stupeur 

Que sous mes paupières closes,

La vie opère une palpitante osmose

A main levée.   

 

                                                    G.M.